Chargement...
 

blog de Anne

Ce n'est pas seulement la Terre, c'est tout le Système solaire qui se réchauffe

Anne-35 Jeudi 15 août, 2019

Pour rédiger cet article, je me base sur le travail de recherche scientifique de David Wilcock dans son livre, ” Investigations sur le champ de conscicence unitaire “, éditions Ariane, Tome 1 & 2. Dans la deuxième partie du livre, intitulée Temps et Espace, le chapitre 18 se nomme ” A l’heure de la Galaxie ” . En effet, David aborde en profondeur, dans cet ouvrage, les prophéties de 2012, le calendrier maya et les notions de cycles, au niveau planétaire et également cosmiques. Ce qui retient énormément mon attention en ce moment ce sont toutes les preuves scientifiques (obervations de la NASA, cf ci-dessous) de réchauffement et de modifications des autres planètes de notre système solaire également, en même temps que la Terre. Mon idée ici est de montrer que si notre “réchauffement climatique”, et sans dédouaner notre responsabilité humaine dans son accélération bien entendu, s’inscrit dans un mouvement bien plus global de tranformation du système solaire et d’un cheminement galactique, alors il y a là un très beau potentiel de libération psycho-émotionnel. C’est mon but avec cet article.

Le Soleil évolue

Depuis les années 1970, les radiations émises par le Soleil ont augmenté de 0.5 pourcent à chaque décennie.

Une équipe de géophysiciens a déclaré que le Soleil a été plus actif durant les 40 dernières années que depuis les 1 150 dernières années combinées. Et la même équipe a déclaré que le Soleil est plus actif ces dernières années qu’il ne l’a été qu cours des 7 000 écoulées: ” compared to all earlier data, the finding that the modern high level of solar activity is unusual is confirmed for the last 7000 years.” I. G. Usoskin, S. K. Solanki, and M. Korte - PDF j215 (dossier Wiki Anne-35) p.4

Le Docteur Benny Peiser affirme en mars 2007 que le Soleil pourrait être le principal responsable des réchauffements climatiques sur Mars, Jupiter, Triton qui est la lune de Neptune, et sur Pluton.

De même que Mercure

Les scientifiques s’étonnent de certaines signatures “indiquant une pression dans la magnétosphère” apparues sur la planète et qui n’y étaient pas en 1970.

De plus, l’intensité des tempêtes magnétiques s’est considérablement accrue depuis le dernier passage de la sonde Messenger l’année précédente, je cite ” ‘One of the biggest surprises was how strongly the dynamics of the planet’s magnetic field-solar wind interaction had changed from the first Mercury fly-by in January 2008.’ ” .

Vénus devient plus lumineuse

La face sombre de la planète affiche désormais  une augmentation de plus de 2 500 pourcent de sa luminonisté (évolution mesurée entre 1975 et 2001).

Mars encore plus tumultueuse

En 1999, un ouragan est apparu sur la planète, chose qui ne s’était pas produite depuis vingt ans, et sa taille était 300 fois supérieure à celle de ses prédécesseurs.

En 2001, un média a parlé de réchauffement climatique sur Mars en s’appuyant sur la fonte remarquable de neiges au pôle sud de la planète. La NASA a décrit ce phénomène comme étant ” un changement climatique récent” en 2003.

Mars Ski Report: Snow is Hard, Dense and Disappearing

Global warming on Mars?

In the other study, led by Michael C. Malin, features at the south pole were observed to retreat by up to 10 feet (3 meters) from one Martian year to the next. The odd shapes — circular pits, ridges and mounds — were first photographed in 1999. Since then, the features have eroded away by up to 50 percent. The pits are growing, the ridges between them shrinking.

Caplinger and Malin caution that a year’s worth of data does not reveal when this erosion began or how long it will continue. Yet they speculate that the features could have been created in a Mars’ decade and may erode away completely within one to two decades. “We know that the pits we see at the surface today are not very old, and that they will not last very long,” Malin said. ”

Jupiter

Dans le PDF Bagenal, Fran  et al. “Jupiter: The Planet, Satellites and Magnetosphere, Chapter 1: Introduction”, 2004, colorado.edu, il apparaît que les scientifiques de la NASA ont relevé une température atmosphérique bien plus élevée que ce à quoi ils s’attendaient, plusieurs centaines de degrés supplémentaires.

Un changement global dans le climat de la planète est apparu à la vue des chercheurs, une nouvelle tempête près du grand point rouge de Jupiter.

Io, une des lunes de Jupiter a vu sa température augmenter de 200 pourcent entre 1979 et 1998.

Ganymède, une autre lune de Jupiter a une aura qui est devenue 200 pourcent plus lumineuse entre 1979 et 1995. Source: PDF Mc Grath, Melissa et al., Jupiter: The Planet, Satellites and Magnetosphere, Chapter 19: Satellites Atmospheres, 2004.

Saturne

La planète a également subit des transformations avec l’apparition d’aurores à son pôle nord, des nuages qui se sont mis à ralentir au niveau de son équateur, des apparitions puis disparitions de zones d’ombres noires dans son atmosphère (ciclops.org)

Uranus

Depuis 1996, des nuages sont apparus dans l’atmosphère de la planète et sont devenus de plus en plus clairs, sans que l’on sache très bien pourquoi. L’activité dans l’hémisphère sud est sans précédent et les nuages pénètrent les hautes altitudes, dit un scientifique de la NASA à Berkley. (p.403, D.Wilcock).

Neptune

p.398, The Source Field Investigations, D. Wilcock 2011, Dutton ed.
p.398, The Source Field Investigations, D. Wilcock 2011, Dutton ed.

L’apparence de Neptune a énormément changé depuis 1989, ci-dessus entre 1996 et 2002 on voit des points lumineux qui sont apparus sur l’hémisphère sud et qui semblent stationnaires. De plus la luminosité de la planète a augmenté de 3.2 pourcent pour le bleu et 5.6 pourcent pour le rouge; la lumière infrarouge quant à elle a augmenté de 40 pourcent. Certaines latitudes sont passé à 100 pourcent de luminosité suppplémentaire. Source: Hubble provides a moving look at Neptune’s stormy disposition, 1998.

Pluton aussi

Malgré son éloignement du Soliel, ceta astre aussi a vu sa température augmenter et les scientifiques pensent qu’il s’agit d’un effet saisonnier de long-terme, un cycle long. Les couleurs de Pluton ont elles aussi changé faisant apparaître des degrés de rouge depuis l’année 2002, de plus en plus intenses, entre 20 et 30 pourcent plus marqués.

 

Donc voilà le bilan, tout bouge et tout évolue. Encore une fois ce n’est absolument pas pour autoriser une conduite aveugle dans un “developpement durable qui s’abreuve au pétrole” bien au contraire. Néanmoins, vu le climat émotionnel actuel et en particulier l’été caniculaire que nous venons de vivre, je me sentais d’inviter qui veut à prendre un peu de recul planétaire et systémique, héliocentré et même au delà, pour respirer tranquilement au loin, et, revenir sur Terre exercer ce pour quoi il-elle se sent pleinement inspiré-e de faire.