Chargement...
 

Des forêts Miyawaki sanctuaires de biodiversité

 

Avant de passer à l’action et puisque nous allons adapter la méthode Miyawaki, il est essentiel de préciser ses aspects auxquels nous resterons attachés et ceux vis-à-vis desquels nous nous permettrons une certaine souplesse. 


Une grande biodiversité (au minimum 20 espèces d’arbres et arbustes)


A la différence de la plupart des forêts couvrant notre territoire, qui sont majoritairement composées de une à trois espèces, nos forêts seront des oasis de biodiversité. Chaque espèce d’arbre ou arbuste permettra le retour de plusieurs espèces animales accompagnées de leurs prédateurs reconstituant le riche maillage d’un écosystème vivant.


La stratification


Les espèces choisies devront appartenir à différentes strates d’une forêt mature afin de ne pas rentrer trop durement en concurrence lors de leur croissance.




Forêts Urbaines ou rurales


Oasis de nature et de fraîcheur en ville, nos forêts pourront se faire haies dans les campagnes, afin de dynamiser le retour de la biodiversité perdue ces dernières décennies.


Leur impénétrabilité 


Indispensable à la croissance des jeunes plants encore fragiles, elle doit perdurer afin de fournir un refuge préservé de la présence humaine pour les animaux les plus farouches. La notion de sanctuaire naturel,que l’homme ne doit pas pénétrer, a également une très forte dimension symbolique qui pourrait contribuer à aider les nouvelles générations à comprendre que l’humain doit accepter, pour le bien de tous, de ne pas vouloir tout s’approprier. 

Dans les grandes forêts, des chemins clairement délimités pourront permettre d’y circuler.


Une autonomie relative

 

Normalement, après deux ou trois ans, nos forêts ne devront plus demander d’entretien.

Cependant, dans le sud du pays, compte tenu de l’aridité, continuer à arroser raisonnablement n’est pas exclu, surtout si nous plantons des haies denses pour rafraîchir des ICU (îlots de chaleur urbains). 

C’est l’évapotranspiration des végétaux qui leur permet de refroidir si efficacement la température de l’air, à condition de ne pas manquer d’eau... 

 
La dimension participative de leur mise en place


La plantation de nos forêts sanctuaires doit être un acte collectif. Elles constituent un bien commun planté et protégé par une communauté.


Des espèces indigènes ou pas !


D’une part, compte tenu du réchauffement climatique, il sera parfois judicieux de planter des espèces plus méridionales par anticipation des modifications climatiques à venir. 

D’autre part, si dans certains lieux faire renaître des forêts « primaires » peut-être envisagé et pertinent, en d’autres lieux il sera plus judicieux d’opter pour des espèces pouvant venir d’ailleurs.

Exemples :

- haie à croissance rapide pour protéger les enfants de la Maurelette de la pollution de l’autoroute qui jouxte leur école

- forêts urbaines pour lutter contre les ICU

Planter des arbres mais aussi des valeurs

 

Planter une “forêt sanctuaire” riche en biodiversité, c’est participer à une action dont nous sommes collectivement les bénéficiaires. C’est une activité tournée vers le futur et le long terme. C’est aussi une activité qui redonne une place aux non-humains. 


Privilégier le bien commun, le futur et le non-humain, c’est œuvrer dans un état d’esprit encore marginal. Pour défendre ces valeurs, il nous semble que nous devons nous montrer exemplaires et ainsi nous engager à :
 
- Protéger nos résultats de l’accaparement, en les diffusant le plus largement possible en toute transparence. 

- Circonscrire nos actions, afin de ne pas rentrer dans une concurrence déloyale avec les pépiniéristes professionnels.

- Assurer un salaire décent à ceux qui s’engageront à mi ou plein temps dans des activités de reforestation.

- Favoriser autant que possible, sur chaque territoire, les projets d’acteurs locaux.


Cette charte n’est qu’une toute première esquisse. Elle est en cours d’élaboration.

 

Le cadre de nos forêts sanctuaires étant fixé, il est temps de passer à l’action !

Collaborateur(s) de cette page: Flo.Cuvellier et semourais .
Page dernièrement modifiée le Vendredi 9 août, 2019 16:51:41 CEST par Flo.Cuvellier.