Chargement...
 

Kits Semourais pour passer à l action et planter des forêts

 

Kit pour planter la première génération de forêts (fin 2019 - début 2020)

 

Ce kit est destiné à toute personne qui, d’une manière ou d’une autre, souhaite nous accompagner pour planter nos premières forêts.

Important: dans le Sud et l’Ouest du pays (climats méditerranéen et océanique) la fenêtre d’ouverture pour planter s’étale respectivement de mi-octobre à mi-mars et de mi-octobre à mi-avril. Par contre, pour le Nord et l’Est il faudra planter entre mi-octobre et début décembre ou après l’hiver à partir de mi-mars et jusque mi-avril. 


Temps 1 : Trouver un terrain garantissant la croissance et la pérennité de la forêt 

 

Entre 100 et 1000 m2 ! Dans un premier temps, il sera a priori plus facile de planter sur des terrains privés appartenant à des particuliers ou sous la responsabilité de collectivités privés. 

(Remarque : notre partenaire Ecotem est accompagné de juristes qui effectuent un travail remarquable pour pérenniser les plantations forestières https://www.ecotem.org/  /  https://www.efl.fr/droit/immobilier/details.html?ref=UI-6429bd77-0ace-4d3a-a3f0-8778a7cf9c5b )

 

Temps 2 : Analyse du terrain par un expert 

 

Deux pistes : 

a) Passer par une plateforme (type reforestaction :  https://www.reforestaction.com/ )

Avantage : elle se chargera de réaliser la collecte de fonds pour les plants des arbres.

Attention ! Uniquement pour les plants ! Pas l’intégralité des coûts de la plantation…

b) Faire appel à un pépiniériste local

Se faire accompagner à cette occasion d’un botaniste ou autre expert ami me paraît intéressant pour avoir du recul sur les propositions faites par cet expert. 

Sinon, il sera toujours possible de discuter avec un des experts de l’association Semourais, des crapauds fous ou d’une association ou d’entreprises nous accompagnant.

 

Quel que soit le professionnel choisi, il devra alors : 

Etablir une liste des espèces : 20 à 50
Composée d’arbres appartenant aux différentes strates d’une forêt adulte, elle s’articulera autour des trois ou quatre espèces qui composeront la future canopée. 

Les espèces des strates inférieures devant être choisies sur la base d’associations observées régulièrement, en général bien connues des botanistes et pépiniéristes.

Rappelons que, pour Miyawaki, ces espèces doivent faire partie des « shade tolerant species », c’est-à-dire des espèces capables de grandir dans l’ombre d’autres espèces et doivent être sélectionnées pour leur « potentiel végétal naturel ». Ce qui est important n’est pas seulement qu’elles soient adaptées à l’environnement où on les plante, mais que leur plantation favorise la croissance globale de la communauté végétale. 

Des exemples de listes sont fournis dans la page Arbres par région


Elaborer un plan de plantation et d’amendement du sol

Difficile d’être plus précis. Celui-ci dépendra du terrain et de son état. 

Sur un sol déjà riche, il pourrait se réduire à un important couvert organique. 

Sur un sol très dégradé, l’utilisation de machines sera probablement indispensable, tout comme un apport massif d’intrants. 

Sur le site de Nicolas de la Brabandère, les différentes vidéos de présentation des plantations permettent de se faire une bonne première idée des différences dans la préparation du sol en fonction de son état. http://urban-forests.com/resulats/


Evaluer les besoins en eau et le dispositif nécessaire à l’arrosage.


Temps 3 

 

-  Commande des plants auprès de l’expert choisi

-  Prospection et communication pour trouver localement la matière organique qui rentrera dans la préparation du sol (élagueurs pour le Bois Raméal Fragmenté, centres équestres, fermes, collectivités locales, composteurs collectifs…)

-  Début de la préparation du sol (dans l’idéal, mais pas obligatoire)

-  Prospection et communication pour trouver le collectif qui plantera la forêt le jour J.

En cas de plantation avec un collectif d’enfants, faire signer un document précisant que la participation implique une cession du droit à l’image pour l’événement (sinon vous serez obligé de flouter les visages comme nous l’avons fait suite à nos semis de prairies dans les écoles)

-  Le cas échéant, réserver pour le jour J un engin mécanique pour la préparation du sol (ex : mini-pelle)


Temps 4 


-  Plantation par le collectif rassemblé pour l’événement 

-  Confier à une ou plusieurs personnes la responsabilité de prendre des photos et filmer.

 

Kit pour planter collectivement les générations suivantes de forêts

 

Planter dans une dynamique participative et apprenante.


Lancement de pépinières collaboratives


Elles seront gérées par des collectifs bénévoles afin de sensibiliser à la vie des arbres, tout en produisant des plants à des coûts extrêmement bas (frais de fonctionnement des pépinières).

Ces plants cultivés localement auront aussi pour avantage de produire de jeunes arbres : 

 - conditionnés au climat dans lequel ils seront finalement plantés

 - subissant peu de transport

 - en pots-bouteilles : avec la terre dans laquelle ils ont grandi, c’est-à-dire avec leurs mycorhizes, champignons, bactéries... 

(les plants en pots sont environ trois fois plus chers chez un pépiniériste ! )


Multiplication des partenaires pour récupérer de la matière organique gratuitement

 

Celle-ci est le plus souvent un « déchet » d’une autre activité, dont il s’agit de faire une ressource. En particulier, les biodéchets en ville, dont on pourra tirer un précieux compost.


Optimisation des préparations de sol

 

Par retour et partage d’expériences mais aussi collaboration avec des chercheurs.


Optimisation de la gestion des ressources en eau et des dépenses d’eau

 

Exemple : oyas, optimisation de la couverture du sol, « polyter », utilisation d’eau grise ou partiellement recyclée, récupération d’eau de pluie, de brouillard… De nombreuses pistes à explorer… 


Plantation avec des groupes d’enfants

 

Ces élèves (ou scouts… ) auront suivi les différentes étapes, de la graine à la plantation finale. 

La dimension éducative est cruciale dans notre démarche. 


Partage d’expériences entre les planteurs

 

Cela permettra de réduire nos frais auprès d’experts extérieurs. 


Création d’une carte interactive

 

proposant

 - les principales espèces par région, pour que chacun (particulier ou enseignant avec ses élèves etc…) puisse expérimenter chez soi la germination, le repiquage ou le bouturage d’arbres ou arbustes

 - la localisation des pépinières collaboratives, pour que chacun puisse déposer les plants qu’il a préparés de son côté, afin de les intégrer à un projet de plantation

 - la localisation des partenaires qui nous fourniront en matières organiques

 - la localisation des terrains à même d’accueillir des « forêts sanctuaires ».

Un collectif apprenant pour planter toujours plus d’arbres !


Ce tissu complexe, si nous parvenons à le construire, devrait nous permettre de fortement réduire le coût de nos plants. 
Cette baisse des coûts n’a pas pour fin de vaincre la concurrence, mais de planter toujours plus d’arbres et de forêts.

Il est encore trop tôt pour avancer des chiffres. Le retour d’expérience des dépenses associées aux forêts pilotes nous fournira une base de départ plus solide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collaborateur(s) de cette page: Flo.Cuvellier et semourais .
Page dernièrement modifiée le Mercredi 13 novembre, 2019 15:44:15 CET par Flo.Cuvellier.